SANTE : La GOURME

La maladie :

...........La gourme, est une maladie infectieuse très Contagieuse, propre aux équidés, qui affecte surtout les jeunes de moins de cinq ans, mais aussi avec en général des symptômes atténués, des animaux plus agés.
.......... Si la morbidité (taux d'animaux atteints) dans les effectifs peut être très élevée (varie de 30 à 100 %) la mortalité (pourcentage de décès par rapport au nombre d'animaux atteints) est en général faible (entre 0 et 10 %).

L'agent responsable est une bactérie : Streptococcus equi sub equi

...........Cette maladie est cosmopolite et si on la considère souvent une des "maladies fléaux" du passé, elle est encore bien présente en France où elle peut apparaître lorsqu'il y a concentration et circulation
d'animaux
: centres d'entraînement, équestres, élevages, foires, etc...
..........Elle se caractérise par une inflammation de la muqueuse des premières voies respi-
ratoires avec jetage d'abord séreux puis muco-purulent, associée à une inflammation et une
abcédation des noeuds lymphatiques situés au niveau de l'auge (ganglions sous mandibulaires
et rétro pharyngiens.
.......... Si la maladie évolue en général favorablement
à l'échelon d'un individu, un épisode de gourme dans un élevage peut avoir des réper-
cussions
économiques très importantes :

..........- grand nombre d'animaux atteints et invalidés
......... - possibles complications, parfois graves
......... - la convalescence peut durer de 4 à 6 semaines
......... - les frais vétérinaires peuvent être élevés
......... - le temps d'éradication est au minimum de 3 mois.

Modes de contamination

Les sources de bactéries
..........Le jetage, les croûtes, le pus produits par les équidés malades ou infectés et par suite tous les objets, matériaux, vêtements, aliments, litières, prairies souillés par ces matières sont sources du germe.

La bactérie
......... Elle est assez résistante dans le milieu extérieur et encore plus dans les croûtes et le pus séchés.
......... La bactérie survit plusieurs jours dans l'eau.
......... Elle peut aussi demeurer dans les noeuds lymphatiques plusieurs mois (porteurs sains).

La contamination se fait par contact
......... - Direct : un animal sain est contaminé en touchant un animal porteur du germe.
......... - Indirect : un animal sain est contaminé en touchant un support ou du personnel contaminé.

Transmission du germe
......... La transmission se fait principalement par voie respiratoire : pénétration du germe par la muqueuse des cavités nasales et du pharynx.

..........Sans pour autant faire une fixation sur l'aspect des écoulements nasaux de son cheval, il est important d'observer ceux-ci, de les replacer dans un contexte global afin de pouvoir agir rapidement en cas de pathologie.

Développement de la maladie

.........° Après inhalation ou ingestion, les bactéries adhèrent aux muqueuses puis migrent dans les circulations sanguine et lymphatique et gagnent les noeuds lymphatiques.
........ ° Streptococcus equi est doté d'un "arsenal" lui permettant de "désamorcer le système de défense immunitaire" de l'organisme et de se multiplier rapidement : les globules blancs affluent mais sont incapables de détuire les microbes, ce qui provoque une violente inflammation avec augmentation de volume des ganglions. Ceux-ci deviennent purulents et s'abcèdent, puis percent en laissant échapper le pus.

.........Les microbes peuvent passer dans la circulation sanguine et être disséminés dans tout l'organisme provoquent des abcès dans d'autres organes (coeur, articulations, etc...).

Symptômes

.........Les symptômes apparaissent 3 à 14 jours après la contamination. La gourme catarrhale appelée aussi "angine gourmeuse" est de très loin la forme la plus fréquente.

.........° Début

.........L'animal est abattu, présente une élévation de tempé- rature modérée (39 à 40°C) et perd l'appétit. Les muqueuses oculaires sont congestionnés et l'oeil pleure. Au bout de quelques jours, il y a une tendance à l'hypothermie (T <38°C).

........° Phase séreuse

.........L'animal présente du jetage séreux (liquide translucide). Il a du mal à déglutir. La gorge est douloureuse, la toux se déclenche facilement à la palpation. Les animaux étendent la tête en position basse pour essayer d'atténuer la douleur.

....... ° Phase suppurative

........Le jetage devient purulent, crémeux, homogène, jaune ou blanc.
Les ganglions sont, chauds, douloureux, volumineux et entourés
d'un oedème.
.... Ils suppurent, il y a inflammation des vaisseaux lymphatiques de la face
avec parfois formation d'abcès sur ces trajets. La respiration devient
ronflante,
l'animal bave et tousse. Environ 2 semaines après l'appa-
rition des premiers symptômes les ganglions finissent par percer en
laissant échapper un pus épais, crémeux, très riche en germes et donc
très contaminant. A ce stade le plus s
ouvent la guérison apparaît
naturellement avec cicatrisation des abcès
.

Complications possibles

.........Peuvent survenir dans 1 à 40 % des cas : compression de l'oesophage ou de la trachée par les ganglions, pouvant aller jusqu'à l'impossibilité d'avaler ou même de respirer. Cornage, empyème des sinus ou des poches gutturales. Broncho-pneumonie avec abcès, pleuropneumonie. Abcès (toutes localisations possibles). Septicémie, endocardite ou myocardite.

........ Les autres formes cliniques de la gourme (rares)

Diagnostic

...........Dans la plupart des cas (angine gourmeuse) les symptômes de la gourme sont très évocateurs pour la suspecter. Mais il ne faut pas la confondre avec d'autres maladies affectant l'appareil respiratoire (grippe équine, rhinopneumonie, morve).

...........Dans tous les cas, il faut mettre en évidence le germe afin de s'assurer que c'est bien lui le responsable de la maladie.

EAD6A Le vétérinaire réalisera des prélèvements : pus, lavage nasal, des poches gutturales, écouvillonnage naso- pharyngé, qui seront analysés en laboratoire et permettront d'établir un diagnostic de certitude.

..........Des techniques de culture classique ou par amplification génique (PCR) sont disponibles selon les laboratoires.

.........Le diagnostic sérologique est aussi envisageable. Il s'agit d'une méthode ELISA semi-quantitative. Ce type d'examen peut être utilisé pour :
................ ° confirmer ou infirmer un foyer de gourme
................ ° identifier des animaux chez lesquels il existe un risque for de purpura hémorragique en cas de vaccination
................ ° confirmer biologiquement l'étiologie d'un diagnostic de purpura hémorragique
................ ° diagnostiquer des formes atypiques de gourme

Traitement

Prévention

..........Vaccin : s'administre par voie intralabiale. Le protocole prévoit en primovaccination 2 injections à 1 mois d'intervalle, et un rappel tous les 3 ou 6 mois après la 1ère injection.

Mesures en milieu sain :
..............° mise en observation et en quarantaine
..............° instruments de pansage individuels
..............° observation d'un étalon dans les 10 jours précédant la saillie

Mesures en milieu contaminé :
......... ...° à l'apparition des premiers cas : isolement des malades
............ ° désinfection poussée des locaux, du matériel
............ ° destruction des litières souillées.

Fiche technique " Pathologie et maladies"
réalisée par les Haras Nationaux

Plan